Personnalités

Projet d'aménagement et de développement durables

Gilberte Lavaire

Jeune portusienne, elle s'illustra dans la Résistance pendant la seconde guerre mondiale.

Dès 1943 elle est l'agent de liaison du colonel Fabien.
Arrêtée par la Milice en mai 1944 en Bretagne, elle sera torturée, mais ne dira rien. Elle est emmenée à Paris puis à nouveau torturée dans une maison de la Milice.
Le 27 décembre 1944, elle trouve la mort sur la ligne du front de libération de l'Alsace au côté du colonel Fabien.

Son père Auguste Lavaire, déporté puis libéré, tenait un magasin de chaussures dans la boutique située à gauche sur la photographie légendée "rue du vieux château".
Plan Local d'Urbanisme

ANDRE LIAUTEY

André Liautey est né le 9 mars 1896 à Port-sur-Saône.

Après le lycée Gérôme à Vesoul et la faculté de Droit à Paris, il suit les cours de l'école libre des Sciences politiques. Docteur en droit et diplômé d'études d'administration et financières, il succède à son père Paul à la mairie de Port-sur-Saône ainsi qu'au conseil général de la Haute-Saône en 1928. Il est élu sénateur en 1932, réélu en 1936 et devient le spécialiste incontesté de l'agriculture dans le parti radical. Léon Blum le nomme alors sous-secrétaire d'Etat à l'Agriculture.

La sylviculture devient à tel point son cheval de bataille qu'on le surnomme «  le ministre de la forêt ».

Jean-Claude Viennot

Né à Port-sur-Saône le 28 mars 1759, il inspira dans son enfance un vif intérêt à M.Bureaux de Pusy qui voulut lui enseigner lui-même les éléments de l'écriture, et le plaça ensuite dans l'école tenue par les ermites de Scye, où il reçut les premières leçons de grammaire latine.
    
Ayant achevé ses études au Collège de Vesoul, il se rendit à Paris pour y suivre les cours de la faculté de médecine. Il retrouva là son premier protecteur, M. de Pusy , sous le patronage duquel il eut l'occasion de voir M. de Lafayette, prêt à partir pour l'Amérique.
A son retour à Vesoul, J.-C.Viennot créa une pharmacie qui devint bientôt le point de réunion des personnes préoccupées par les affaires publiques à l'approche de la Révolution.
Lorsqu'elle éclata, J.-C. Viennot en embrassa les principes, mais avec modération. Son attitude ambiguë ne pouvait manquer de le rendre suspect, il fut arrêté, mais sa détention fut de courte durée.
Image

Ce fut même chez J.-C.Viennot, que descendit Robespierre jeune, chargé par son frère d'adoucir la rigueur des mesures révolutionnaires en rendant la liberté à tous les suspects de la Haute-Saône (février 1794).  
J.-C.Viennot fut nommé professeur de physique et chimie à l'Ecole centrale de Vesoul.

Député de la Haute-Saône au conseil des Cinq-Cents, son élection fut vite annulée suite au coup d'Etat du 18 Fructidor (4 septembre 1797).
Il reprit ses cours qu'il continua jusqu'à la suppression des écoles centrales.

En 1804, J.-C.Viennot fut nommé directeur des Droits-Réunis à Montbrison, où il mourut le 28 juin 1805 à peine âgé de quarante-cinq ans.

BUREAUX DE PUSY

La Saône à Port-sur-Saône

Jean-Xavier Bureaux de Pusy, Seigneur de Citey, né à Port-sur-Saône le 7 janvier 1750,

Jean-Xavier Bureaux de Pusy est le fils de Marie Thérèse Reine Choullas et de Jean-Baptiste Bureaux de Pusy et de Port-sur-Saône, conseiller correcteur de la chambre des Comptes de Franche-Comté.
Il a été ingénieur au château de Joux en 1786, capitaine au corps royal du génie en 1789, a été nommé à trois reprises président de l'Assemblée Constituante (la première fois le 2 février 1790). Frère de la loge maçonnique bisontine Sincérité et Parfaite Union, il est l'un des principaux artisans de la division de la France en départements, districts et cantons.
      Grand ami du marquis de La Fayette et très séduit par la jeune démocratie américaine, (arrestation du roi et fin de la royauté)il décide de partir outre-Atlantique. Mais à peine sorti de France, il est fait prisonnier par les autrichiens et incarcéré à Olmütz avec général La Fayette jusqu'en 1797.
Ce n'est qu'après sa libération qu'il peut mettre son projet à exécution. Il dessine un système de défense pour les côtes de la Nouvelle-Angleterre et principalement pour l'armement de la rade de New-York et avec son ami Dupont de Nemours, crée une société.
      De retour en France sous l'empire napoléonien, il est nommé préfet de l'Allier (1801), du Rhône (1802) et enfin de Gênes en 1805 où il meurt en fonctions. Commandeur de la Légion d'Honneur,    Bureaux de Pusy aurait été élu post-mortem membre associé de l'Académie de Besançon le 9 nivôse an XIV ( 30 décembre 1805).

Albert
DECARIS

Né le 6 mai 1901 à Sotteville-lès-Rouen et mort le 1er janvier 1988 à Paris, il est un graveur français de timbres-poste.
Formé aux arts graphiques à l’École Estienne, puis à l'École des Beaux-Arts de Paris, il a reçu le premier prix de Rome de gravure en 1919 pour une œuvre titrée Ève avant le péché.

Illustrateur de livres, il a réalisé des fresques monumentales à Megève, Paris et Vesoul.

Il a dessiné et gravé des timbres-poste français, des colonies et des territoires d’outre-mer français de 1935 à 1985. Son premier dessin représente le cloître de Saint-Trophisme à Arles, à la demande du ministre des Postes, Jean Mistler. Il est considéré comme l'un des grands dessinateurs et graveurs de timbres-poste, avec environ de 500 à 600 timbres réalisés, dont 174 pour la France métropolitaine.
  Il est élu à l'Académie des Beaux-Arts en 1943 et en devient le président en 1960. En 1962 il est nommé peintre officiel de la Marine française.    

Image

Cet artiste, peintre et dessinateur a noué des liens particuliers avec Port-Sur-Saône. Les anciens portusiens ont longtemps pu admirer une de ses oeuvres, une peinture représentant une allégorie de deux rivières, installée d'abord dans l'ancienne Poste, puis dans l'ancienne salle du conseil municipal.
Cette toile appartenant au patrimoine de la ville, avait une histoire méconnue...

     Suites aux recherches de M. COLOMBIER responsable du service culturel, une partie des origines et du parcours de la toile a été retracé.

     La tache a été difficile devant de nombreuses incertitudes, comme par exemple le titre de l'oeuvre. La toile est nommée différemment : "la Saône et l'Ognon", "la Saône et le Rhône" ou "la Saône et le Doubs". Ce dernier intitulé a la préférence historique puisqu'il est inscrit dans le compte rendu du conseil d'administration de l'Ecole du Bois et des Carburants Forestiers de Port-Sur-Saône, datant du 4 novembre 1938 : "M. Decaris a fait don à l'école d'un tableau La Saône et le Doubs, actuellement placé dans le grand amphithéâtre". Cette citation nous rappelle les relations entre Albert Decaris et André Liautey, ancien maire et sous-secrétaire d'Etat à l'Agriculture.

   Le tableau, restauré à Vesoul au "Centre Régional de Restauration et de Conservation des Oeuvres d'Art", a aujourd'hui réintégré ses murs. Il est exposé à l'accueil de la Mairie.
Source des informations :
"Le canton de Port-sur-Saône", aux éditions Alan SUTTON, écrit par Christian RENET et Claude COLOMBIER
Ville de Port-sur-Saône
E-MAIL

E-MAIL

secretariat@port-sur-saone.fr
HORAIRES

HORAIRES

Lundi - Vendredi
8h30 - 12h et 13h30 - 17h
TELEPHONE

TELEPHONE

03 84 78 18 00
ADRESSE

ADRESSE

17 rue Gilberte Lavaire
70170 PORT SUR SAÔNE